Livre Au service du sacré de Fabrice Midal

Au service du sacré, Sauter à l’angle moderne, Paul Celan, Martin Heidegger, Barnett Newman

Et si l’art moderne, dans ses réalisations les plus hautes, était d’abord une aventure au service du sacré ? Le mot fait peur. Il devient inaudible, un vestige poussiéreux. Un refus du réel, un refuge hors du réel. Et pourtant… Sacré l’ouvert qui se dégage lorsque l’homme est désencombré de toute crispation. Sacrée la possibilité de rencontrer un autre, comme celui ou celle que ne restreignent pas nos représentations machinales et que la sobre ferveur accueille. Elle seule. Sacrée l’épreuve du sans-fond. Nudité où rien ne tient une fois pour toutes. Rapport à soi et aux autres affranchi de toute identification figée. Toutes. Sacré le monde comme monde. Se mettre au service du sacré, c’est laisser la sexualité, l’amour et l’amitié dans l’ardeur que rien ne console ni ne blesse, l’épreuve de la pensée et le sens de la transmission être poème d’une manière pleinement moderne hors de l’enfermement de l’homme dans la boîte de sa conscience/moi, hors des menottes de toute doctrine, hors du désespoir narcissique et cynique. S’abandonner à la vraie grandeur qui ne se laisse pas instituer une fois pour toutes.

Éditions du Grand Est, 2006